L'activité économique sur le Pays Monts et Barrages

Le Pays Monts et Barrages s’articulent autour de 3 pôles principaux (Saint-Léonard-de-Noblat, Eymoutiers et Châteauneuf-la-Forêt) ayant une densité d’entreprises relativement importante à l’échelle du territoire. Des pôles d’équilibre (Saint-Paul, Sauviat-sur-Vige, Bujaleuf, Nedde, Peyrat-le-Château, La Croisille-sur-Briance, Linards…) composés d’entreprises de proximité desservent la population en services du quotidien.

Le territoire Monts et Barrages se caractérise par une situation économique relativement stable avec un nombre d’établissements (plus de 2 200 établissements) et demplois salariés (5 950 emplois dont un peu plus de 2 100 salariés fin 2004) qui ont peu varié depuis 10 ans.

Le premier employeur est le secteur de lindustrie papier-carton, il représente 13% des emplois salariés (dont 80% sont concentrés sur une seule entreprise). Puis vient le secteur de la construction (12%, essentiellement sur des petites unités) et enfin le commerce de détail (11%). 72% des établissements nemploient aucun salarié et à peine 2% emploient plus de 20 salariés. La moyenne d’âge des chefs dentreprises artisanales est moins élevée que celle du Limousin.

L’économie reste fortement marquée par lactivité agricole (772 exploitations agricoles en 2010), qui a longtemps représenté le premier pôle demploi sur Monts et Barrages. L‘agriculture est essentiellement caractérisée par la présence de l’élevage bovin, production de grande qualité.

12% des exploitations du pays commercialisent tout ou partie de leurs productions en circuits courts. Selon l’étude menée par la DRAAF Limousin (Agreste Limousin n°89 février 2013 « Pays Monts et Barrages »), près de la moitié de ces exploitations est située sur le secteur d’Eymoutiers.

 

Lexploitation forestière, liée à la présence de la forêt tient une place très importante dans l’économie locale. Les espaces boisés occupent en effet une grande proportion des reliefs les plus élevés, les taux de boisement varient de 27 à 42 % selon les communes, un tiers des du massif étant composé de résineux.

 

Historiquement, il existe une vraie culture industrielle et des savoir-faire locaux : le textile et le cuir (activités ayant quasiment disparues), la porcelaine (3 sites de production sur le canton de Saint-Léonard de Noblat), le papier carton (1 établissement de fabrication demballages cartons à Châteauneuf-la-Forêt).

 

Le commerce et lartisanat de production sont composés essentiellement de petites entreprises. Ils sont relativement bien répartis sur le territoire dont une partie est en zone de  revitalisation rurale (ZRR).

 

Carte des ZRR en Haute-Vienne à télécharger ici.