La Loutre

La Loutre d’Europe Lutra lutra

La Loutre d’Europe est un mammifère carnivore nocturne, de la famille des mustélidés. Une loutre adulte mesure entre 100 et 130 cm pour un poids de 6 à 11kg. Elle se  nourrit surtout de poissons, mais aussi d’oiseaux, de rongeurs, de batraciens et d’écrevisses. Sur le territoire du Pays Monts et Barrages elle retrouve donc ses proies favorites avec une prédilection constatée pour les écrevisses de Californie qui ont envahis nos cours d’eau. La loutre participe donc à une certaine régulation de cette espèce.

 

Epreinte de Loutre observée sur la Vige et contenant des morceaux de carapace d'écrevisse de Californie

La Loutre d’Europe occupe tous les types d’habitats aquatiques (cours d’eau de toute taille, lacs, étangs, marais, zones côtières…) en plaine et en montagne et peut parcourir d’importantes distances sur la terre ferme. Elle a par exemple été observée à plus de 10 km de tout cours d’eau à mi-chemin entre deux bassins versants (ROSOUX & GREEN 2004). Pendant ses déplacements nocturnes, il lui arrive de traverser des villages, voire des villes. Ainsi, l’ensemble des régions de France pourrait constituer un habitat potentiel pour l’espèce. De part la profusion de zones humides et de cours d'eau et la faible densité de population, le Limousin et le Pays Monts et Barrages en particulier constituent une région très favorable à la présence et au maintien de la Loutre.

 

Recolonisation du Pays Monts et Barrages

La Loutre d’Europe, autrefois présente sur l’ensemble de la France métropolitaine (Corse exceptée) a été intensément chassée pour sa fourrure, parfois pour sa viande et aussi parce que ce « mangeur de poissons » était considéré comme étant un concurrent pour l’Homme. L’industrialisation, la croissance démographique humaine, l’agriculture intensive, le développement du réseau routier et tout ce qui en découle, se sont ajoutés à cette persécution, si bien que l’espèce s’est considérablement raréfiée au cours du 20ème siècle. La Loutre d’Europe, aujourd’hui légalement protégée, commence à recoloniser son ancienne aire de répartition, mais cette recolonisation est très lente, du fait du faible taux de reproduction de l’espèce, de la persistance de certains facteurs qui ont contribué à sa raréfaction et de l’essor de nouvelles menaces comme l’intensification du trafic routier. La Loutre est encore totalement absente de la moitié du pays, elle est considérée comme étant vulnérable, voire très menacée dans une bonne part des régions où elle est présente et il n’y a que deux régions dont plus de 90% de la superficie est occupée (le Limousin et l’Auvergne).

La Loutre a largement recolonisé le Pays Monts et Barrage et l’on trouve des traces (épreintes) de sa présence dans de nombreux cours d’eau et étangs du territoire.

 

 

Menaces sur l’espèce :

La première cause de mortalité directe due à l’Homme est la mortalité routière. Dans le Limousin, une trentaine de cas environ ont été recensés ces 10 dernières années (données du GMHL) ce qui est assez peu si l’on considère que pratiquement toute la région est occupée par l’espèce. Vient ensuite la mortalité par piégeage et tirs (accidents ou braconnage) assez peu fréquente sur notre territoire.

D’autres impacts sont constatés sur la Loutre comme l’accumulation de polluants dans leurs organismes. En effet, la Loutre étant au sommet de la chaine alimentaire elle concentre les polluants contenus dans ses proies. Ce phénomène est nommé bioaccumulation. Cela fait de la Loutre un excellent indicateur de la qualité physico-chimique des cours d’eau.

Pour en savoir plus sur la Loutre en Limousin, consultez le site du GMHL et le Plan Régional d'Actions 2011 - 2015 en faveur de la loutre d'Europe.

Pour voir de magnifiques photos de Loutres et d'autres espèces, rendez-vous sur le site Objectif loutres de Stéphane Raimond.

Sources :

GMHL. Plan Régional d'Actions 2011 - 2015 en faveur de la Loutre d'Europe (Lutra lutra)

KUHN R. (2009). Plan National d'Actions pour la Loutre d'Europe (Lutra lutra), 2010-2015. Société Française pour l'Etude et la Protection des Mammifères/MEEDDM

 

Retour